La Laponie

L’hiver dernier je suis allé en Laponie.
J’ai pu voir des aurores boréales.
C’est majestueux et surtout très impressionnant.
On aurait dit qu’un serpent vert ondulait gracieusement dans les airs.
J’étais tellement occupé à voir ce qui se passait dans le ciel que je n’ai senti le froid s’emparer de mon corps.
J’étais avec mon frère, mes parents et ma grand-mère.
C’était le cadeau de ma grand-mère pour ses 80 ans.

Julien

Le démon chapitre I

Ce week-end, ma famille et moi avons reçu une visite inattendue. Samedi matin, nous nous sommes réveillés, comme tous les samedis matins. Sauf que ce jour là, nous avons reçu la visite de la tante de ma mère. Au début, tout se passait comme d’habitude mais au milieu de l’après-midi, le ciel s’est assombri puis des hiboux ont commencé à hululer. Le soir, nous avons préparé la chambre de notre invitée. Vers dix heures, après avoir mangé, nous nous sommes endormis le ventre bien rempli.

À minuit, j’ ai entendu des voix dans la chambre de tante Muriel qui murmuraient : « Choisis le bon et débarrasse-toi de lui , ensuite tu seras libérée de la malédiction». La voix a ajouté: « Quelqu’un a entendu notre conversation». J’étais terrifiée parce que je savais que la voix parlait de moi. J’ai essayé de dormir mais tous mes rêves étaient hantés par la conversation que j’avais entendue.

Alessia Rivetti

Les pinceaux II

Comme vous le savez (si vous avez lu Les pinceaux 1), les pinceaux sont de retour. Je vais vous raconter leur histoire.

Le grand-père pinceau eut un magnifique bébé qui devint le père fondateur. Il trouva une magnifique mère fondatrice, et ils eurent trois enfants.
Deux des enfants étaient normaux mais l’un d’entre était très très moche. Il décidèrent donc de l’abandonner…

Très fâché, il décida de créer sa propre famille. De leur coté, les « gentils » firent naître deux générations très colorées. La famille des « méchants » avait en tête de tuer la famille des « gentils », c’était donc la guerre.

Cécile

Les pinceaux I

Comme chaque année, à la rentrée, je me rendai à l’école. Mais cette année allait être différente, cette année on allait s’éclater.

Le prof nous attribua des places, malheureusement mon voisin de table s’appellait Melvyn ( je ne plaisante pas ). On s’ennuyait tellement durant les cours. On décida donc de créer une « famille de pinceaux »,.

Cécile

Héraclès II Le lion de Némée

Dans la nuit, Eurystée est réveillé par une silhouette lumineuse. Héra se tient debout devant lui. Il se jette à genoux devant elle. Elle dit: «Eurystée, ton cousin Héraclès va venir te voir bientôt. Tu vas le mettre à ton service, il devra accomplir dix travaux. Je veux qu’il souffre et je veux qu’il meurt.»

Le premier des dix travaux d’Héraclès ordonné par Eurystée était d’abattre le Lion de Némée pour ramener sa peau. C’était un gigantesque fauve de la taille d’un cheval, il était réputé pour être immortel; sa peau résistait à toutes les armes, même les plus affutées.

Héraclès était confiant. Il ne croyait pas aux commérages, n’avait-il pas tué de ses propres mains à l’âge de 16 ans?

Depuis plusieurs jours, il marchait dans la montagne lorsqu’il tomba sur une trace de patte monstrueuse. Elle devait faire au moins la taille d’un bouclier. Il s’accroupit. Quand il releva la tête, il vit au loin la silhouette massive du lion qui se dressait sur un surplomb rocheux, à quelques mètres de lui.

Cette bête monstrueuse était l’enfant d’Echnida, la femme serpent, et d’Orthos, un chien monstrueux. Il était également le frère de l’Hydre de Lerne et de la Truie de Crommyon.

Héraclès s’élança à la poursuite du monstre. Il grimpa le long de la paroi et se retrouva devant une grotte à deux entrées. Il comprit que s’il rentrait par l’une, le monstre sortirait par l’autre et l’attaquerait par derrière. Pour éviter cette éventualité, il boucha l’autre cavité au moyen d’un lourd rocher. Il avança lentement dans la pénombre. Le fauve poussait des hurlements furieux, ses yeux brillaient dans l’obscurité. Le héros sortit son arc et tira. La flèche rebondit sur la peau luisante du lion. Héraclès comprit que la légende était vraie. Soudain, le lion bondit, crocs en avant. Le fils de Zeus fit un bond de côté, évitant de justesse le sort funeste que lui réservait la bête. Héraclès et le fauve commencèrent un danse mortelle, le premier qui ferait un pas de côté scellerait son destin. Le héros parvint à enserrer l’encolure du fauve de ses bras musclés. La bête griffait l’air de ses pattes puissantes, se débattait mais la poigne du fils de Zeus était plus forte. Au bout de quelques minutes, le fauve s’affaissa, vaincu.

Héraclès avait réussi le premier travaux qui lui avait été imposé. Maintenant, il fallait le dépecer pour avoir la fourrure de l’animal, mais comment faire, la peau étant impossible à couper? «Seul le Lion de Némée peut avoir la peau du Lion de Némée», se dit Héraclès. Il brandit une des griffes du fauve et transperça son épiderme. Il parvint à dépecer l’animal et se revêtit de sa toison. Ce serait désormais son armure. Il retourna chez Eurystée, qui terrifié par l’allure de son cousin, se cacha dans une jarre.

Mathilde

Héraclès I

Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire d’Héraclès, de sa naissance à sa mort.

La naissance du Héros

Zeus, roi des Dieux, veut placer un envoyé sur terre. Il se demande qui choisir parmi ses fils divins.
Hermès, de judicieux conseils, lui propose d’enfanter un demi-dieu avec une mortelle. Zeus, trouve l’idée bonne et descend sur terre pour en choisir une à son goût.

Alcmène et Amphitryon sont mariés depuis quelques années mais Alcmène a juré de ne pas avoir d’enfant avant que son père et ses frères soient vengés. Son mari, désespéré, part en guerre contre les assassins. Il venge sa femme et rentre.
Mais pendant son absence, Alcmène est visitée par Zeus. Celui-ci a jeté son dévolu sur la jeune femme pour qu’elle porte son fils. Il prend l’apparence d’Amphitryon et demande au soleil de ne pas se lever pendant trois jours.

Lorsque Amphitryon rentre, sa femme est très perturbée car elle a déjà vécu le retour de son mari. Celui-ci lui dit qu’elle a rêvé. Il est quand même inquiet. Il va voir l’oracle qui lui dit que sa femme a bel et bien vécu deux fois son retour et que Zeus avait pris son apparence pour partager la couche de la jeune femme. Fou de rage, Amphitryon condamne sa propre femme au bûcher mais quand les flammes prennent Zeus fait pleuvoir les cieux.

Il dit à Amphitryon que sa femme n’est pas coupable mais qu’en la brûlant, il tuerait son propre fils et l’enfant divin de sa femme. Amphitryon s’incline et quelques mois plus tard, Alcmène accouche dans d’atroces souffrances car Héra, la femme de Zeus, a eu vent de son adultère. Elle a ordonné à la déesse mineure de l’accouchement d’empêcher Alcmène de mettre au monde son enfant.

Le frère d’Amphitryon allait aussi avoir un fils. Le premier né serait roi le l’Argolide, mais le cousin d’Héraclès, appelé dans son enfance Alcide, Eurystée est né avant lui.

La petite enfance du héros

Sur l’Olympe, Zeus est embêté. La nourriture divine qui déifie les mortels coule uniquement du sein d’Héra. Elle n’acceptera jamais d’allaiter le fils de son mari. Ce dernier appelle Hermès et lui fait sa requête. Hermès promet qu’Alcide tétera le soir même.

L’enfant tète mais Héra le repousse au bout de quelques minutes. Le lait maternel jaillit et s’éparpille dans le ciel. Ainsi nait la Voie Lactée. La reine des dieux jure la mort du fils de Zeus.

Un soir, alors que tout le monde dort dans la villa d’Amphitryon, Héra envoie deux pythons pour tuer les bébés. Iphiclès, le demi-frère d’Alcide, hurle de terreur. Lorsqu’il voit Alcide serrer dans ses petits poings le cou des deux pythons, Amphitryon apprend qu’Alcide est le fils de Zeus et qu’Iphiclès est son fils.

L’enfance et adolescence du Héros

Les années passent. Neuf ans plus tard, un jour, Iphiclès entre en courant et explique à ses parents qu’Alcide a assassiné son enseignant d’un coup de lyre sur la tête. Amphitryon se précipite et voit le vieil homme affalé sur son bureau, le crâne défoncé.

Lorsqu’Alcide a eu 16 ans, son père l’envoie garder les troupeaux loin de la maison. Là-bas, un lion de la taille d’un cheval dévore les animaux. Pendant 50 jours, le jeune homme le traque et le tue à la seule force de ses bras. Lorsqu’il rentre chez lui, il rencontre un groupe d’Orchoméniens, (originaires d’une ville ennemie de Thèbe), qui venait prélever les impôts. Indigné, Alcide coupe les oreilles, le nez et les mains des émissaires et les renvoie chez eux. Son coup de folie déclenche une guerre.

Amphitryon est tué durant une bataille mais les Thébains remportent la guerre. Pour le remercier d’avoir libéré sa ville, Créon, roi de Thèbe donne à Alcide, sa fille Mégara.

La folie meurtrière d’Alcide

Ensemble, ils ont un certain nombre d’enfants. Un jour, alors que les neveux d’Alcide sont chez eux, Héra, la rancunière, lui jette un sort: la folie meurtrière. Ainsi il tue sa femme, ses fils, ses filles, ses neveux et ses nièces. Lorsqu’il se réveille, il est entouré des cadavres de ceux qu’il aimait le plus au monde. Fou de désespoir, il se rend chez l’oracle qui lui apprend que pour expier ses fautes il devra se mettre au service de son cousin Eurystée. Ce dernier lui fera exécuter dix travaux, c’est Héra qui lui enverra ces épreuves. Il continuera désormais sa vie sous le nom d’Héraclès. À la gloire d’Héra, en grec ancien.

Mathilde

La grimpe

Je suis des cours de grimpe au « Cube » le mercredi et des cours à l’école le jeudi. Je préfère le « Cube » car à l’école c’est trop facile. Là-bas, on doit aller sur des blocs qui sont compliqués pour nous mais le prof passe auprès de chaque élève pour l’aider et lui montrer des techniques. Je partage ces cours avec un ami qui s’appelle Matteo. Il y a une semaine, il s’est déboité le poignet. À l’école, je n’ai eu que deux cours de grimpe donc je ne peux pas tellement savoir.

Sam

Seule

Seule, depuis toujours. Seule, dans un coin, de grosses lunettes noires sur son nez.
Je vais vers elle. Rien. Juste elle,  en train de passer son index sur des petits points que moi je ne comprends pas.

J’attends qu’elle me voie, mais elle ne me voit pas. Je m’éloigne et elle me retient par la manche de ma veste. Alors maintenant, je sais qu’elle voit sans nous voir.

J’ai tout gâché, au moment où ça commençait à marcher. Je lui ai menti, mais elle n’a rien remarqué parce qu’elle ne voit pas.

Je me suis servie d’elle.

Et puis un jour, ses lunettes noires ne sont plus sur son nez, ça y est, elle voit.
C’est comme ça que notre amitié s’est arrêtée. Aussi brusquement qu’elle a commencé.

Anna Balsamo