Quand les choses tournent mal

Un jour, alors que j’avais fini mon entretien avec un gérant d’une boite d’informatique à Genève, je passais par une rue sombre et chaotique mais je ne regardais pas vraiment autour de moi car le patron m’avait engagé pour un stage. J’étais dans la lune je ne pensais vraiment qu’à ça car j’adorais ce métier. Mais tout à coup, un cri aigu me ramena sur terre. Malheureusement, je suis quelqu’un de très curieux et donc je suivis les cris jusqu’à ce que je voie une femme couchée par terre avec un couteau dans le ventre et un homme qui pleurait à côté. Je voulus me cacher mais l’individu m’avait déjà vu. L’homme me dit: « reviens ici petit ! » Mais moi, pris par la peur, je courus de toutes mes forces jusqu’à ce que je tombe dans une impasse (on aurait dit un film d’horreur). Je ne fis plus de bruit pendant quelques minutes pour qu’il ne m’entende pas. J’étais tellement terrorisé que je n’eus même pas le réflexe d’appeler la police. Soudain j’entendis des bruits de pas et je vis l’homme. Il courut vers moi et me lança: « si je meure, dis-lui que je suis désolé. » Dans ma tête ce fut un brouhaha pas possible :
– pourquoi devrait-il mourir ?
– à qui dire « désolé »?
– pourquoi court-il vers moi?
– Que dois-je faire ???

Là, je vis la mort devant moi je pensais que tout était fini. Mais dans ma tête j’entendis une voix, comme si je ne devais pas mourir maintenant. La voix me dit :
« pas aujourd’hui. »
A cet instant, je ne contrôlais plus mon corps comme si j’étais possédé. Je sortis mon taser que je porte tout le temps sur moi. Il s’agissait en fait de ma montre avec un bouton sur lequel il suffit d’appuyer pour que 2 bouts de métal sortent. Ensuite il faut presser un autre bouton et l’électricité sort. C’est moi qui avait créé cette montre et je le regrette énormément.
Mais revenons à mon histoire: l’homme courut vers moi et je sortis ma montre taser. Je déclenchai la foudre. C’était vraiment beaucoup plus puissant que ce que j’avais calculé. Normalement, l’agresseur devait juste être sonné mais là il était à terre et ne bougeait pas. J’appelai la police et l’ambulance qui arrivèrent après une dizaine de minutes, le temps de me localiser. Quand je vis la police j’ arrêtai de pleurer brutalement et leur expliquai tout rapidement. J’avais peur d’aller en garde à vue ou d’avoir une grosse amende mais un policier me dit :
« Donne-moi ta montre. Tu as du talent: l’idée du taser dans la montre c’est génial. Malheureusement c’est interdit par la loi. Je fermerai les yeux là-dessus mais n’en fabrique plus et si tu en as d’autres chez toi, amène-les à la police. »

En effet, j’en avais une autre chez moi mais je décidai de la détruire en 1000 morceaux.
Quelque instant plus tard l’ambulance me dit que l’homme était en très mauvais état, inconscient. Alors je fus rassuré mais triste de lui avoir infligé ça.
Depuis ce jour, je ne me suis plus battu et je ne me battrai plus jamais.

Anonyme

La vie

Qu’est ce que c’est la vie ?
Pourquoi un jour on vit et un autre on meurt ?
Pourquoi elle est si courte ?
Pourquoi personne ne se pose ce genre de questions ?
Vivre c’est comme être sur un bout de fil, le jour où il se coupe c’est que notre heure est arrivée.
Le jour où ta cloche sonne c’est qu’il est temps pour toi de quitter tes proches.
Elle est courte.
On doit être fier de vivre.
Tant qu’on vit il y a toujours de l’espoir.
On ne doit pas baisser les bras à cause d’une situation même tragique.
On ne doit jamais baisser les bras.
On doit s’affuter pour la vie parce qu’elle est difficile.
Parfois elle a un goût amère lorsqu’elle n’est pas appréciée à sa juste valeur.
Au final elle est mieux lorsqu’on la confie à quelqu’un.

Mervick

Trahison

Dans une école, une fille qui s’appelait Roxanne n’avait plus goût à la vie. Elle avait 15 ans. Pourtant, elle avait une famille qui l’aimait, un petit ami, avec qui elle aimait passer du temps, être dans ses bras. Elle avait des bonnes notes, des bons potes, mais il n’y avait plus rien qu’elle aimait dans ce monde, qui l’a retenait.
Un jour, alors qu’elle était seule chez elle, elle décida d’en finir avec la vie. Elle remplit la baignoire d’eau tiède, mit ses habits préférés et prit une lame de rasoir. Une fois couchée dans la baignoire, elle se coupa les vaines au plus profond d’elle, en pensant à sa vie. Son sang coula, l’eau devint rouge, et elle aussi.

On ne sait pas si elle regrette son choix, si elle est plus heureuse maintenant, mais nous devons vivre avec cette douleur. Cette douleur qui disparaît jours après jours. Mais lorsqu’il y a un souvenir qui revient, nous devons repartir de zéro, pour pouvoir avancer dans notre vie.
Elle a fait beaucoup de mal aux gens qui l’aimaient, peut-être qu’elle le sait, peut-être pas. Sur le moment, elle n’y a pas pensé, elle se foutait de tout, elle voulait juste partir, se libérer, enlever ses douleurs.

Je me suis imaginé cette histoire, et il y a vraiment des personnes, qui finissent comme ça, alors si vous connaissez des personnes, qui sont dans une telle situation, aidez-les au lieu de les enfoncer, de les harceler, de vous moquer d’eux.

Emilie

L’attaque du moustique tueur

Je faisais mes courses comme chaque dimanche. Aah ça fait du bien d’être seule, souvent je vois mes copines et on parle un peu. Le magasin est non loin de ma maison alors ça ne me dérange pas de rester un peu plus longtemps dans le magasin. Mais vu que je n’habite pas loin j’ai entendu un bruit qui venait de ma maison. comme quelque chose qui se brisait:
-Oh non! ai-je dis

Je me suis envolée et j’ai brisé le toit du magasin j’ai continué à voler me dirigeant vers notre maison et j’ai cassée la fenêtre de notre salon. J’ai vu mon mari s’avancer vers le moustique:
-NON CHERI C’EST TROP DANGEREUX, ATTENDS NOTRE ENFANT IL POURRA LE BATTRE .

Thomas

Le petit ahmar

Un jour j’étais avec mon père à un apéro dans son atelier, il y avait plein de monde. Et il y avait un petit gosse avec une tête d’enfant normal mais au fond c’était un petit con. Il n’arrêtait pas de me faire ch*** parce que j’avais mes écouteurs qui pendaient au dessus de mon T-Shirt. Cette peste ne pouvait pas s’empêcher de tirer dessus et je lui disais tout le temps d’arrêter pour ne pas risquer de les casser. Finalement, j’ai pété un câble: je l’ai soulevé par les bras, je l’ai laissé redescendre et juste avant qu’il ne touche le sol avec ses pieds je l’ai balayé et il est tombé. Tout le monde était choqué et ses parents ont dégoupillé, ils m’ont crié dessus et je suis parti de l’atelier énervé. Et mon réveil a sonné.

Bryan

Ambiance…

Tout a commencé quand je suis arrivée en 9ème. Je n’étais pas très bien, j’étais stressée, je ne pouvais compter que sur trois personnes. L’une d’elle, que j’appellerai Anna, était une de mes meilleures amies.  Tout allait super bien. Un jour j’étais avec Anna et on est allées en ville. On marchait tranquillement pour aller dans une boutique lorsqu’on a croisé deux filles qui passaient devant nous. L’une m’a insultée et Anna m’a défendue. Dès qu’on est rentrées, j’ ai regardé mes messages sur instagram. Une fille que je vais nommer Vanessa est venue me parler. Quand j’ai regardé ses photos, j’ai reconnu la fille qui m’avait insultée quand nous étions en ville avec Anna. Elle continuait à m’agresser par message. La première chose que j’ai faite, ça a été d’aller prévenir Anna.
Anna lui a parlé gentiment parce que Vanessa avait vraiment un problème contre moi. Mais je ne savais pas lequel. Comme Anna a un fort caractère elle a dit à Vanessa de régler ses problèmes face à face et pas par messages. Elles se sont donc donné un rendez-vous. Le lendemain mes parents m’ont dit que je ne pouvais pas sortir, ils avaient déjà prévu quelque chose. J’ai dit à Anna que je ne pouvais pas sortir et elle est allée au rendez-vous seule. Mais Vanessa était accompagnée…Bref elles se sont battues. Puis des rumeurs sur moi tournaient donc elle est venue m’embrouiller et on a fini par se battre.

Faites attention à vos fréquentations n’accordez pas votre confiance trop vite.

Anonyme

Souffrance

Je suis en 11e et j’ai bien commencé l’année (enfin pas au niveau des notes). Je veux dire bien commencé l’année avec les potes, la famille. Depuis à peu près une semaine, rien ne va. Je dis toujours que je vais bien, je souris mais c’est faux. Il y a peu de gens qui voient que je ne vais pas bien.
La seule personne qui me comprenait et qui était vraiment là pour moi, elle n’est plus là.

Il y a une personne qui me jalouse, enfin je crois, dans sa façon d’être, de penser, de regarder. Je n’en peux plus, je n’arrive pas à passer par dessus.
Il y a aussi une personne que j’aime beaucoup, qui m’aide, qui m’écoute, qui me comprend, qui est là pour moi même si des fois elle m’énerve. Je n’ai pas envie de la perdre, je n’ai pas envie qu’elle se sépare de moi, je n’ai pas envie de la décevoir, mais peut-être qu’inconsciemment je le fais.
Elle me dit que rien de ce que je crains ne va se passer, mais je suis tellement plongée dans la colère, la jalousie de l’autre, je n’arrive pas à le voir.
Les semaines se sont écoulées, et je vais mieux. Il y a toujours des solutions à tout, croyez-moi, dans les pires comme dans les meilleurs moments.

Anonyme

Je suis

J’ai fait du théâtre quand j’étais petite. Je crois que c’est pour ça que maintenant je joue aussi bien la comédie.
Je suis une personne qui cache beaucoup ce qui me passe par la tête. J’arrive à persuader les gens de l’inverse de ce que je pense. C’est peut-être une manière de me protéger? Par peur de me faire avoir? C’est peut-être ça mais je ne sais pas. Je ne veux pas me poser cette question, la réponse me ferait très peur, ça me ferait repenser au passé.
Je suis une personnes qui ne résout jamais les problèmes, je me dit juste que je m’en occuperai plus tard. Je sais que ce n’est pas bien, que ça ne ferme aucune cicatrice. Mais ça me permet d’oublier sans oublier, parce qu’il y a des moments que je ne veux pas oublier.

Anonyme

La connaissance

On est tous nouveau pour quelqu’un. Quand on arrive dans un nouvel espace, avec beaucoup d’inconnus, on a peur d’être seul, de ne pas avoir d’amis. Mais ne vous inquiétez pas, tôt ou tard vous en aurez, vous serez bien dans votre classe.
Peut-être que vous ne serez pas bien, pas à l’aise, mais j’espère pour vous que ça ne sera pas le cas.
Si vous avez besoin d’aide, demandez à des proches, des enseignants ou même des amis de vous aider, mais ne restez pas seul.
Ayez confiance en vous, vous arriverez à surmonter vos peurs.

Emilie

La mort

La mort est un esprit qui n’a pitié de personne et de rien.
C’est une voie par laquelle tout le monde sur cette terre devra passer.
C’est une chose qui nous enlève ceux que nous aimons sans penser à quel point cela va nous affecter.
Quand elle passe elle fait des victimes sans laisser de traces.
Elle est tellement rapide que quand elle passe on ne s’en rend même pas compte.
Elle ne prévient pas mais elle est omniprésente.
Quand tu frôles la mort, t’arrives même pas à dire ce que t’as vécu.
Elle est chaude comme le feu.
Elle s’accapare ses proies comme un léopard: elle surveille tes moindres gestes.
Parfois dans certaines situations on l’évite sans s’en rendre compte.
Mourir c’est traverser un portail dimensionnel.
Mourir c’est comme arriver à la fin d’une course.
Il faut profiter de la vie car elle est éphémère et très courte.
De toute façon moi même j’y arriverai un jour.

Mervick